La nouvelle de la mort d’un être cher frappe chaque personne différemment. Les conséquences de cette nouvelle prennent donc des formes uniques dans le monde entier alors que les cultures célèbrent la vie et honorent la mort d’individus d’une manière souvent singulière à leur culture. Regardons sept rituels d’inhumation distincts.


  • Enterrement du ciel

    L’enterrement au ciel est courant au Tibet parmi les bouddhistes qui croient en la valeur d’envoyer l’âme de leurs proches vers le ciel. Dans ce rituel, les corps sont laissés à l’extérieur, souvent coupés en morceaux, pour que les oiseaux ou d’autres animaux les dévorent. Cela sert le double objectif d’éliminer le récipient maintenant vide du corps et de permettre à l’âme de partir, tout en embrassant le cercle de la vie et en donnant la nourriture aux animaux.

  • Trahison

    «Danser avec les morts» décrit le mieux la tradition d’enterrement à Madagascar de Famadihana. Les Malgaches ouvrent les tombes de leurs morts toutes les quelques années et les réemballent dans des vêtements funéraires frais. Chaque fois que les morts reçoivent de nouveaux emballages, ils dansent également près de la tombe tandis que la musique joue tout autour. Ce rituel – traduit par «retournement des os» – vise à accélérer la décomposition et à pousser l’esprit des morts vers l’au-delà.

  • Enterrement de l’eau

    De nombreuses cultures, en particulier dans les pays nordiques, ont adopté l’eau dans leurs rituels de choix pour les morts, de la pose de cercueils au sommet de falaises face à l’eau à l’utilisation réelle de l’eau comme cimetière. Certains corps mis à la dérive dans des «navires de la mort», soit le long d’une rivière, soit envoyés dans l’océan, rendant les corps aux dieux ou aux lieux les plus appréciés par les habitants de la région.

  • La parade

    Célébrer la vie du défunt peut prendre de nombreuses formes. Une tradition de Varanasi , en Inde, consiste à faire défiler les morts dans les rues, les corps habillés de couleurs qui mettent en valeur les vertus du défunt (rouge pour la pureté ou jaune pour la connaissance, par exemple). Dans un effort pour encourager les âmes à atteindre le salut, mettant fin au cycle de réincarnation, les corps sont aspergés d’eau du Gange, puis incinérés dans les principaux lieux de crémation de la ville.

  • Tour du silence

    Une tradition zoroastrienne exige que les vautours maintiennent en vie son ancien rituel funéraire. Dans cette tradition, on croit qu’un cadavre souille tout ce qu’il touche – y compris le sol et le feu – et élever un cadavre au ciel pour que les vautours le dévorent était historiquement la seule option. L’urine de taureau est utilisée pour nettoyer le corps avant que des outils, qui sont ensuite détruits, ne soient utilisés pour couper les vêtements. Le cadavre est ensuite placé au sommet d’une tour du silence, à l’écart des vivants qui pourraient en être contaminés.

  • Perles de cendres à mort

    Alors que d’innombrables traditions funéraires à travers le monde incluent la crémation, les Sud-Coréens ont fait un pas de plus en transformant les cendres du défunt en perles. Ces perles ont un peu de brillance et viennent dans une gamme de couleurs, du rose ou noir au turquoise. Placées à l’intérieur de vases en verre ou même ouvertes dans des plats, les perles peuvent alors prendre le devant de la scène à l’intérieur d’une maison, un choix plus décoratif qu’une urne classique. Dans un pays où l’espace est limité et où la crémation devient le seul choix réaliste pour enterrer les morts, sortir quelque chose de beau du processus donne aux êtres chers une nouvelle tradition à embrasser et un héritage à chérir.

  • Un tableau de traditions philippines

    Nous avons promis sept rituels funéraires uniques, mais en ce qui concerne les Philippines , il y en avait tout simplement trop. Le peuple tinguien habille le défunt avec les vêtements les plus fantaisistes et s’assoit le corps sur une chaise, plaçant souvent une cigarette allumée dans les lèvres, tandis que le peuple Benguet lui bandent les yeux avant de le placer sur des chaises à l’entrée de la maison. Les gens de Cebuano habillent les enfants qui assistent aux funérailles en rouge pour réduire le risque de voir des fantômes. La région de Sagada présente des cercueils accrochés à des falaises, rapprochant les âmes des morts du paradis, tandis que les habitants de Caviteensevelissez souvent le défunt verticalement dans un arbre évidé choisi par la personne avant la mort. La diversité des régions des Philippines a donné lieu à une diversité de rituels funéraires philippins sans égal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici